Limitation à 80 km/h, quelles conséquences ?

Auparavant fixée à 90 km/h, la vitesse sur les voies secondaires est désormais revue à la baisse. Depuis le 1er juillet, elle est de 80 Km/h, une baisse de 10 km qui a fait couler beaucoup de salives et d’encre. Selon le gouvernement, cela devrait participer à une réduction du taux d’accidents sur les routes concernées.

400 km de voies sont concernées

Cette nouvelle disposition s’applique sur un ensemble de 400 km de route. En effet, il faudra observer cette nouvelle loi sur les routes nationales ainsi que départementales à double sens ne disposant pas de séparateur. Dans le cas d’une route à trois voies, la disposition est appliquée sur la troisième voie, mais pas sur la voie à double sens.

Une disposition qui s’applique à tous les gabarits

Dans les rangs des opposants à cette nouvelle loi, les arguments opposés sont multiformes. Selon eux, le fait de se retrouver à la même vitesse que les poids lourds ne permettra plus de pouvoir les dépasser en toute sécurité telle que c’était le cas jusqu’ici. Une coalition de 57 députés avait d’ailleurs déposé une demande de suspension de l’application du décret sur le motif de l’Etat d’urgence. Selon ces parlementaires, cette nouvelle application pourrait être à l’origine de pertes de points et d’accroissement des forfaits de carburants.

Le Conseil d’Etat a donc estimé que le recours ne pouvait être validé dans la mesure où l’Etat d’urgence plaidé par les requérants n’avait pas pu être prouvé. Ceci étant, le décret est entré en application depuis le 1er juillet et le restera jusqu’en 2020, sauf si le Conseil d’Etat en décide autrement.

Le nombre de véhicules flashés a augmenté

Selon les chiffres publiés par Europe 1, le nombre de véhicules flashés pour excès de vitesse a plus que doublé depuis la mise en application de ce décret. Plus de 260 000 flashs en surplus. La violation de la limite entraîne une amende de 135 euros dans le cas d’un excès maximal de 20 km, et de 1500 euros lorsque l’excès de vitesse est supérieur ou égale à 50 km par rapport à la limite autorisée.

Les incidences sur la conduite

Quand bien même plusieurs voix se sont levées pour décrier ce qu’elles considèrent comme une atteinte à leurs droits, il faut bien reconnaître que cette limitation nouvelle de vitesse n’a pas un incident complétement nocif sur la conduite. En effet, à une vitesse pareille pendant l’été, les freinages d’urgence observés en hiver diminueront puisque la limite de 80 km ne sera que rarement franchie. En outre, les calculs effectués sur une distance de 10 km prouvent que deux personnes ayant pris le même départ à des vitesses différentes de 80 et 90 kilomètres auront une différence de temps de 45 secondes à l’arrivée.

Selon Edouard Philipe, cette « décision n’est pas pour emmerder tout le monde ». Le premier ministre français a rappelé à cet effet que la baisse du niveau de vitesse de 10 km sur le boulevard périphérique de la capitale avait fait baisser le taux des accidents d’environ 18 %. C’est donc cet objectif qui serait visé, alors qu’en France, le nombre de morts sur les autoroutes est d’au moins 3500 par an.