Il est bien d’être propriétaire d’une voiture. Mais si vous n’utilisez celle-ci que de manière ponctuelle, les dépenses d’entretien risquent de ne pas du tout vous arranger. Pourquoi ne donc pas souscrire à un service public d’autopartage de voitures en libre-service afin de n’engager des dépenses que pour la durée pendant laquelle vous utilisez un véhicule ? C’est en gros ce que vous propose Autolib’.

Autolib’, qu’est-ce que c’est ?

Selon Wikipédia, « Autolib’ est un service public d’autopartage de voitures électriques en libre-service disponible dans l’agglomération parisienne. La conception des Bluecars utilisées ainsi que l’exploitation du service ont été confiées au groupe industriel Bolloré par le syndicat mixte Autolib’ Métropole. »

Afin que la notion d’Autolib’ soit mieux cernée, il convient de définir également ce que c’est que l’autopartage. En fait, d’auto-partage lorsqu’une société ou une agence publique met en place un système à travers lequel elle fournit à des « clients » un ou plusieurs véhicules que ces derniers utilisent pour une durée bien déterminée.

Les divers frais liés à l’entretien des voitures ainsi qu’aux efforts de recherches de places de stationnement se retrouvent alors répartis entre les différents clients qui utilisent ce service. Et cela réduit pour eux les dépenses.

Dans le cas précis d’Autolib’, ce sont des voitures électriques appelées Bluecars qui sont employées. La Bluecar est un véhicule à 3 portes conçu pour quatre personnes. Autolib’ a été lancé en 2011 et est géré par le groupe Bolloré qui a été retenu suite à un appel d’offres lancé par le syndicat mixte.

Qui peut souscrire au service Autolib’ et combien ça coûte ?

Toutes les personnes majeures et titulaires d’un permis de conduire peuvent s’abonner au service Autolib’. Le service propose à ses clients trois diverses formules d’abonnement :

  • Un abonnement annuel qui coûte 144 euros
  • Un abonnement hebdomadaire qui coûte 15 euros
  • L’utilisation journalière d’une Autolib’ coûte 10 euros

Ceux qui se servent d’une Autolib’ sont tenus de respecter une certaine limitation géographique. Ils ne doivent pas aller au-delà de l’île de France. Si cela arrivait, le centre des opérations du service qui a la possibilité de géolocaliser les véhicules, contactera l’intéressé via radio pour lui intimer l’ordre de faire demi-tour. Cette limitation pourrait également être liée au fait que l’autonomie de la batterie ne soit pas très grande. La batterie dont la Bluecar est équipée offre la possibilité d’effectuer 250 kilomètres. Quand il arrive que celle-ci se décharge – lorsqu’elle passe en dessous de la barre de 25% –  l’utilisateur reçoit une notification au niveau de son tableau de bord. Ensuite, il reçoit un message lui demandant de faire escale à une station afin de pouvoir changer de voiture. Pendant ce temps, la voiture déchargée est mise en charge et sera de nouveau prête pour utilisation après un temps de charge complet de 10 heures.

Comment ouvrir le coffre d’une Autolib’ ?

Pour ceux qui se demandent ce qu’ils pourraient bien mettre dans le coffre d’une Bluecar, il faut dire que celui-ci n’a qu’un volume de 0,35 mètre cube. Elle contiendra à peine deux petites valises ou quelques sacs de course. Pour ouvrir le coffre, il suffit de jeter un œil sous le siège et de tirer sur la petite poignée qui s’y trouve. Et c’est fait !