Le marché automobile européen en 2018

Selon l’annonce qui a été faite la semaine dernière au sujet de l’état du marché de l’automobile en Europe, les chiffres sont en croissance. Par contre, du côté de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), il est annoncé un recul de 1 % au cours de cette année.

Perte de vitesse en février

Une progression de l’ordre de 4 %. C’est ce qu’il en est actuellement de l’évolution du nombre d’immatriculation de véhicules neufs en Europe. Ce chiffre a été rendu public par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). 4 % en comparaison des chiffres de l’an passé. Mais il ressort aussi de l’observation de ces chiffres une perte de vitesse qui a commencé en février.

En effet, alors qu’en janvier la hausse était de 6,8 %, il s’avère que ce chiffre est en baisse sur le courant du mois de février. Cela trouve son explication dans le faite que beaucoup de grands constructeurs ont connu des contractions, comme le Royaume-Uni (2,8%), de même que l’Italie (-1,4%). A l’opposé, certains pays comme l’Allemagne (7,4 %) ou l’Espagne (13 %), ont connu des bonds en avant sur les deux premiers mois de l’année.

Une prévision de perte de 1 %

Mais selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), qui s’appuie sur la disparité des croissances ainsi que sur les conséquences du Brexit avec un Royaume-Uni en perte de vitesse, il est fort à parier que le marché de l’automobile connaîtra un recul de 1 % pour le compte de cette année.

« L’industrie automobile européenne est sur la voie du redressement, arrivant finalement près des chiffres de vente et de production d’avant-crise au terme d’une décennie (…) Mais cette croissance est fragile à la lumière de réglementations européennes majeures qui nous attendent, notamment de nouveaux objectifs de CO2 (…) et face à la menace du Brexit », a fait savoir Carlos Tavares, le patron de PSA.