Prenez le volant avec Pneus-Net.

Assurance auto et antécédents de conduite : Gérer efficacement les périodes de malus

Rouler malussé est le cauchemar de tout automobiliste. Le malus, c’est la sanction financière de l’assureur lorsqu’on est responsable d’un accident. Conséquence : une flambée de la facture d’assurance l’année suivante ! Heureusement, il est possible d’adopter certaines stratégies pour gérer efficacement ces périodes délicates. On fait le point des astuces ici !

Comprendre le fonctionnement du malus

L’assurance malus fait partie du système bonus-malus propre aux assurances auto. L’idée est simple : plus vous êtes prudent, moins vous payez cher ; et inversement. Ainsi, à chaque année sans accident responsable, vous gagnez un bonus qui fait baisser votre prime d’assurance. Mais dès que vous causez un sinistre, votre assureur vous sanctionne d’un malus qui fait exploser la facture !

Le calcul est le suivant : le coefficient de base est de 1. Chaque année sans accident le fait baisser de 5 %, jusqu’à 50 % de réduction maximum au bout de 13 ans. À l’inverse, tout accident responsable majore le coefficient de 25 %, faisant mécaniquement augmenter votre prime. Heureusement, le coefficient est plafonné à 3,5.

Limiter la durée du malus

La bonne nouvelle, c’est qu’un malus ne dure pas indéfiniment. Chaque année sans accident responsable efface 5 % du malus. Surtout, au bout de 2 ans sans sinistre, votre coefficient redescend automatiquement à 1. Vous retrouvez alors le niveau de base. Votre malus disparaît donc au maximum au bout de 3 ans. Pendant cette période, il faut gérer son assurance auto avec précaution durant les périodes de malus. Il faut donc limiter les dégâts pendant ces périodes sensibles.

Ainsi, la conduite prudente reste la meilleure stratégie. Évitez à tout prix un nouvel accident responsable, sinon le compteur du malus est remis à zéro, et vous repartez pour 3 ans de majoration ! Sachez aussi que les infractions graves comme la conduite en état alcoolique peuvent également vous valoir un malus. Donc prudence.

Suivre un stage de récupération de points

Certains assureurs proposent des stages dits de « récupération de points » à leurs assurés malussés. L’objectif est d’améliorer vos compétences au volant à travers des exercices pratiques. Réussir ce stage peut vous faire bénéficier d’une ristourne sur votre prime majorée. Une aubaine !

Ces stages sont souvent dispensés le week-end, généralement sur deux jours. Les places étant limitées, inscrivez-vous au plus vite. Une raison de plus pour choisir un assureur engagé dans la prévention routière.

Comparer les offres des assureurs

Tous les assureurs ne réagissent pas de la même façon face à un assuré malussé. Certains sont plus compréhensifs et proposent des primes plus attractives. D’autres syndicalisent plus rapidement le client jugé trop « accidentogène ». Une comparaison s’impose donc avant de renouveler son contrat.

Faites un focus sur les acteurs spécialisés dans l’assurance automobile, réputés plus souples sur l’historique des conducteurs. Et bien sûr, le courtier en ligne reste votre meilleur allié pour dénicher la perle rare parmi toutes les offres du marché.

Choisir une franchise élevée

Opter pour une franchise élevée (500 € ou 1000 €) est une bonne technique pour limiter la hausse de prime liée au malus. En cas d’accident responsable, vous devrez certes débourser le montant de la franchise choisie.

Mais en retour, votre coefficient bonus-malus évoluera moins défavorablement. C’est le principe du « malus limité » que proposent de plus en plus d’assureurs. Là encore, un courtier saura vous conseiller la meilleure formule possible.

Installer un boîtier télématique

Dernière tendance en date : les boîtiers télématiques embarqués, qui analysent vos données de conduite (vitesse, freinage, trajets, horaires, etc.). Ils permettent à l’assureur de mieux évaluer vos comportements sur la route. Et donc de proposer des tarifs plus justes et personnalisés.

Surtout, en cas de période de malus, ces boîtiers peuvent vous faire économiser jusqu’à 30 % selon votre style de conduite ! Un bonus très appréciable pour mieux traverser ce cap difficile. Nul doute que ces solutions se généraliseront à l’avenir.

Laisser un commentaire